L’avis d’une jument à qui on a retiré son poulain…

SEPARATION JUMENT POULAIN TEMOIGNAGE COMMUNICATION ANIMALE CAROLINE GAUTHIERIl y a quelques années, une personne a retiré son poulain à une jument pour le sevrer. Cet acte a été fait avec beaucoup d’amour, la personne étant très concernée et attachée à sa jument. Depuis, ils sont à nouveau ensemble.

Le comportement de la jument s’est néanmoins modifié, ne voulant plus participer aux activités, ayant besoin d’être rassurée et montrant quelques douleurs physiques. La personne me demande alors une communication pour lui permettre de la comprendre.

Cette communication est partagée avec vous tous, car la jument s’exprime au nom de beaucoup d’autres animaux, même si je le précise, tous les animaux ne réagissent pas de la même façon, que ce soit les petits ou les parents. Certains sont plus sensibles que d’autres, mais la douleur de la séparation est tout de même très souvent présente et perdure…

J’ai retiré délibérement le nom des protagonistes.

La jument parle…Séparation jument poulain

« Pourquoi est-ce qu’il faut toujours que ce soit dur, difficile, compliqué ?

Pourquoi les humains n’arrivent-ils pas à Être, tout simplement Être, avec ceux qu’ils aiment, en se laissant aller. J’ai tellement envie de me laisser aller, me faire « coucouner ».

Bien sûr, je n’ai rien envie de faire, j’ai perdu confiance, clairement, dans mon rapport avec les humains, car j’ai fait de mon mieux, mais la séparation m’a fait beaucoup de mal.

Pour autant, (la personne) n’a pas besoin de culpabiliser, ce n’est pas (la personne) qui souffre, il ne faut pas exagérer, alors c’est toujours pareil, moi je souffre, je suis gentille, et on me fait du mal, on ne m’a pas demandé mon avis, alors il est vrai que j’ai beaucoup de colère intérieure que je n’exprime pas toujours, mais ça gonfle, et je n’ai plus envie, plus envie de faire plaisir juste comme ça, j’aimerais qu’on me considère plus.

Je sais que (la personne) se donne du mal pour moi, mais j’ai besoin d’être apaisée, je me sens blessée, je sais qu’il y a une partie de moi que je ne peux maîtriser, une fracture, et oui, une fêlure… quelque chose qui ne fonctionne plus, qui a été brisé tout simplement…

J’espère que vous comprendrez mieux ce que vous dit mon corps ainsi, c’est tellement simple parfois…

Ce n’est pas vraiment que je ne veuille pas faire de concours ou de chose comme ça, ce n’est pas que je ne veuille pas être séparée de (mon poulain), pas consciemment, je pourrai prendre sur moi, mais je vis une « tragédie intérieure », ce quelque chose qui fait que j’ai l’impression d’avoir un poignard dans le cœur à chaque fois que l’on nous sépare, car tout se réactive, tout simplement.

Je ne peux pas le maîtriser, c’est plus fort que moi, je sais qu’on se retrouvera ensemble après la ballade, mon esprit le sait, mon cerveau le sait, mais mon être tout entier vibre autre chose, car la blessure est là.

Alors toutes mes cellules vibrent cette blessure intérieure, ce fragment de confiance, de laisser-aller, c’est comme un chagrin d’amour, une déchirure telle que pour l’instant rien ne la compense, j’ai mal au cœur ! Tout simplement.

J’aurais pu avoir mal au cœur finalement, et peut-être qu’un jour c’est ce qui se passera si je n’arrive pas à laisser aller cette blessure…

Mais j’ai bon espoir, je sais que les choses vont se faire, nous ne sommes pas en train de discuter pour rien…

Témoignage communication animaleImaginez que l’on vous retire votre enfant, ce que vous avez de plus précieux au monde, c’est comme si on vous arrachez le cœur, les tripes, que vous n’aviez plus aucun contrôle sur votre vie, sur vous, sur lui, votre rôle de mère est totalement annihilée, vous n’êtes plus rien, vous n’avez même pas droit à la parole pour cela, c’est juste affreux, honteux, pervers, je n’ai pas de mot pour exprimer tout ce que j’ai vécu et vis encore, car la blessure est là, malgré tout.

C’est peut être difficile à comprendre, car tous les animaux ne le vivent pas ainsi, je le conçois, mais si je suis là avec les personnes qui m’entourent, c’est bien parce que je suis unique non ? Parce que je suis différente.

Alors déjà, j’ai envie de dire à (la personne) une chose : qu’elle écoute à présent ses ressentis, car elle le savait au fond d’elle, qu’elle s’écoute, qu’elle écoute son cœur à présent, car ça fait beaucoup plus de mal de ne pas l’écouter ! Pour tout le monde, car elle aussi en souffre…

C’est quelque chose de tellement… et bien je n’ai pas de mots…

On n’enlève pas à une mère son petit, son enfant, sa chair, on ne le fait pas ! Un point c’est tout !

Qu’est-ce que cela vous ferait si un jour on venait prendre vos enfants, sous prétexte qu’ils doivent partir ailleurs, vivre, grandir sans vous ? Comment réagiriez vous ? Vous n’avez tellement pas de conscience, à ce point ?

Mais réveillez-vous ! Qui êtes-vous ? Où en êtes-vous pour ne plus aimer à ce point ?

Êtes-vous si décalés, déconnectés de la réalité, de la Nature, de vos émotions, de votre cœur, de vos sentiments ?

Êtes-vous à ce point « inhumanisés » ?

Je sais que tout ceci peut paraître fou, car oui c’est beaucoup et ça ne date pas d’hier, mais avez-vous déjà vécu un chagrin d’amour, avez-vous déjà eu mal lorsque votre enfant souffrait ? Et bien sachez que c’est pire, car moi je ne pouvais même plus le sentir, l’aimer, le réconforter, c’est tout, c’est aussi simple que cela.

Oui, j’en ai « gros sur la patate », comme vous dites, mais il fallait que cela sorte, il fallait que je puisse l’exprimer, car c’est ainsi. Il faut que vous ré-appreniez à vous entendre, vous-même et entre vous, sinon vous courrez à votre propre perte.

Bien sûr, à présent, le but, mon but est de cicatriser cette blessure, tout simplement, car je veux grandir de cela et vous faire grandir avec moi.

Jument séparée de son poulain : son avis(La personne) n’a pas à se faire du mal pour cela, ce n’est pas un cri contre elle, je la remercie de m’avoir donné la parole aujourd’hui, elle fait beaucoup pour nous, animaux et humains, et je sais qu’il fallait qu’elle vive cela pour comprendre, grandir, expérimenter à travers moi, mais franchement, à présent, j’aimerais que vous n’ayez plus besoin de nous (animaux), de moi en l’occurrence, pour comprendre ce que vous avez à comprendre, parce que nous fatiguons, la Terre fatigue de ne pas être entendue, alors ouvrez vos Cœurs, encore un peu plus et un peu plus vite parce que : ça suffit ! Il faut grandir ! Comme quand on enlève un poulain, c’est pour le faire grandir non… 😉 et bien faites-le en douceur, en comprenant, sans forcer, sans pouvoir, sans ruiner, et ainsi vous vivrez.

Là vous utilisez, vous expérimentez au détriment des autres, et la Terre souffre, nous souffrons, alors stop ! Je vous en conjure !

Pourquoi vous faites-vous autant de mal, pourquoi vous faites-nous autant de mal …?

Avez-vous tout oublié…? »

* * *

Merci à la personne d’avoir permis à sa jument de s’exprimer

et d’avoir accepté de partager ce cri du Coeur universel,

Merci à vous de le recevoir en conscience.

Les photos ne sont pas celles des animaux concernés.

Comments are closed.